Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 22:17

Les rencontres sont souvent l'occasion de développer de nouvelles idées, d'explorer de nouvelles pistes. C'est exactement ce qui s'est passé avec Michelle Knoblauch. Artiste plasticienne, elle fait preuve d'une délicate sensibilité et réalise des oeuvres touchant le coeur, légères et pourtant très fortes.

 

Nous nous sommes rencontrés pour évoquer la mise en musique de son travail autour de ses dernières créations : "les araignées". Nous avons d'abord pris le temps de faire connaissance. Puis elle m'a ouvert la porte de son atelier et là j'y ai découvert son oeuvre, suspendue à un fil, à des fils, des perles, des structures légères, tantôt immobiles, tantôt en mouvement, selon que l'air de la pièce fasse s'agiter ou pas l'une ou l'autre d'entre elles. Des dizaines de structures légères mues par un souffle, inexplicable, car leur mouvement semble échapper à toute prévision. Parfois rien ne bouge, ou une seule, ou plusieurs, la logique est incapable de prédire ce qui se passera.

 

Je suis resté longtemps à les observer, à m'installer parmi elles, allant même jusqu'à m'allonger par terre pour les regarder autrement. Changer la perception. Les voir d'en dessous, je sais ça ne se fait pas ! On ne regarde pas sous les jupes des filles, mais là, surprise, de toute ces verticalités naissait un trouble de la perception qui soudain créait des lignes horizontales pour une raison que je ne m'explique pas...

 

Après un long moment, il m'a semblé évident qu'il fallait imaginer une musique faite de silence, de suspension, de contraste, plutôt sereine, mais non dénuée de force et d'intensité. Il s'imposa vite à mon esprit que les sons devaient être acoustiques.

Pas d'effets électronique, pas de transformation, un dialogue entre l'ombre et la lumière, la légereté et la tension.

 

Nous avons discuté à nouveau.

 

Les vraies rencontres demandent du temps !

 

Puis l'idée de composer et de jouer avec Etsuko Chida s'est imposée. Notre duo initié depuis août 2011 maintenant pouvait trouver ici une expressivité en adéquation et en totale symbiose avec les araignées. Le Koto, horizontal, de cordes tendues, le saxophone vertical ou oblique et la flûte traversière, horizontale, l'aspect "statique" de la posture de jeu du Koto, celui plus mobile des instruments à vent, pouvant se déplacer parmi les araignées, c'était celà la bonne idée.

 

Nous sommes donc venus Etsuko et moi dans l'atelier. Nous nous sommes installés et nous avons laissé nos esprits rencontrer les émotions provoquées par les araignées. La règle du jeu, simple, suivre l'une ou plusieurs d'entre elles, respecter le silence, jouer parfois ensemble, d'autres fois en solo, prendre le temps.

 

cd corrigée

 

Vous pourez entendre le résultat dans la Galerie François Mansart, 5 rue Payenne, 75003 Paris, du 21 septembre au 28 octobre. Nos musiques y seront diffusées, avec aussi des moments de silence, donc pas d'inquiétude, il n'était pas question de remplir en permanence ces araignées de sons.

 

NOUS Y AVONS JOUÉ LE 5 OCTOBRE, POUR UNE PERFORMANCE ENTRE 18h30 ET 20h30

Deux extraits audio :

et une vidéo :

 

 

 

ARAIGNÉES

Partager cet article

Repost 0
Published by Crosen - dans EXPOSITIONS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Christophe Rosenberg
  • : explications concernant les projets en cours, commentaires concernant des livres lus ou des films vus.
  • Contact

Profil

  • Crosen
  • Metteur en son, compositeur, musicien Saxophones soprano, alto, ténor, flûte traversière,WX7

Rechercher

Catégories